Postes Canada et les affaires: Ce n’est pas fini…

— Ottawa, ON

Alors que les employés de Postes Canada sont demeurés au travail, il est important de se rappeler que les menaces de grève ou de lock-out perdurent. Les parties ont convenu d’une trêve qui semble être respectée à l’heure actuelle mais elles ne se sont pas entendues sur toutes les dispositions de la proposition actuellement sur la table et, selon nous, la situation demeure incertaine. À notre connaissance, une grève pourrait être déclenchée sur un simple avis de 72 heures, ce qui aurait pour effet de stopper la livraison d’une bonne partie du courrier déjà envoyé.

Bien que certaines entreprises aient maintenant recours au système de paiement électronique, plusieurs membres comptent encore sur la poste pour envoyer et recevoir des paiements. Lorsque le vendeur ne reçoit pas son paiement, il doit recourir au crédit et les envois ralentissent. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de commerce transfrontalier ou l’échange de devises rendent les transferts de fonds électroniques plus compliqués.

Si Postes Canada cesse ses opérations pour un certain temps, nous vous pressons d’avoir un plan en place pour veiller à ce que vos affaires puissent continuer de façon ininterrompue. Voici quelques options :

  • Le virement télégraphique : c’est une option mais elle requiert que les entreprises échangent leurs informations bancaires et bien qu’elle puisse parfois d’avérer plus coûteuse, elle est généralement assortie d’un frais fixe plutôt que d’un pourcentage des montants transférés. Elle peut également nécessiter un déplacement à votre institution financière si vous n’effectuez pas vos activités bancaires en ligne.
  •  Le transfert électronique : Cela fonctionne bien si votre partenaire et vous êtes situés dans le même pays. Pour le commerce transfrontalier, vous pouvez demander à votre banque de créer un « compte virtuel » dans l’autre pays. Cela peut s’avérer une bonne option si vous allez utiliser ce mode de paiement de façon régulière mais peut-être pas aussi profitable si vous ne cherchez qu’à vous prémunir contre une éventuelle interruption du service postal.
  •  Nous estimons que la solution la plus commune demeurera néanmoins l’émission d’un chèque et le recours à un service de messagerie pour le livrer à destination. Comme il n’y a habituellement pas de raison de recourir à l’option « dès le lendemain », les frais sont souvent moindres que ceux du virement télégraphique et votre personnel comptable peut traiter les paiements comme d’habitude.

Contrairement à ce que croient plusieurs, une grève des postes n’est pas considérée comme une « catastrophe naturelle » et, en conséquence, ne constitue pas une raison suffisante pour la livraison en retard d’un paiement ou d’autres documents importants. Cela n’est peut-être pas de votre faute, mais cela peut rapidement devenir votre problème.

Par Fred C. Webber, President & CEO